You are here

Le portrait du mois de Juin

Thursday 24 June 2021

Portrait d'Etienne Monet, Directeur de la Villa Bissinger à Aÿ-Champagne.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Champenois, je suis originaire d'Aÿ-Champagne où je travaille actuellement. Je suis très attaché affectivement à cette commune et j’ai toujours baigné dans le milieu de la vigne et du Champagne, surtout grâce à mes grands-parents qui étaient viticulteurs.
Depuis 1997, je travaille à l’Institut international des vins de Champagne - la Villa Bissinger– et depuis plus de 10 ans j’en suis le Directeur. Plus jeune, j’aspirais à tout autre chose : mon objectif n’était pas forcément de travailler dans le Champagne. J’ai donc quitté la région, puis la France pour suivre des études dans une Ecole d’Animation Touristique et travailler dans le secteur de l’événementiel et sportif.
En 1997, Pierre Cheval, Président de l’époque, m’a contacté pour me présenter ce projet d’association - unique en Champagne - et me proposer de participer à son développement au travers d’actions touristiques et événementielles.
L’idée m’a tout de suite plu ! J’ai donc démarré en tant qu’ « emploi-jeune »à la Villa Bissinger. A l’époque, nous étions une toute petite équipe, il a fallu tout créer, la tâche était colossale, c’était très intéressant ! Et ça l’est toujours !


Parlez-nous un peu de votre parcours et de la villa Bissinger !
Dans les années 90, la région Champagne commençait à prendre conscience de son potentiel oenotouristique et s’ouvrait de plus à plusà ce secteur.
Les élus locaux, dont Pierre Cheval, avaient tout de suite vu le potentiel et constatèrent qu’il n’existait aucun endroit en Champagne pouvant mettre en lumière le patrimoine viti/vinicole des Champenois et y fédérer tous les acteurs. Il y avait des structures d’autres régions viticoles, sauf en Champagne.
Il a donc fallu s’inspirer de ce qui se faisait ailleurs et surtout convaincre les élus, les vignerons, les Maisons de Champagne, l’universitéde Reims et toute la sphère champenoise d’adhérer à ce projet !
C’est ainsi que l’association a vu le jour en 1997 à Aÿ.
Aujourd’hui, elle bénéficie d’une implantation au cœur du vignoble champenois, où nous prenons plaisir à recevoir du public (touristes, étudiants, professionnels…) dans cette magnifique bâtisse du 19 eme siècle. Nous y menons toute l’année des actions dans le cadre de la formation (professionnelle), de la dégustation, nous y conduisons aussides travaux de recherche avec l’Université de Reims et nous organisons aussi bien des événements que des expositions autour de la culture champenoise.
Une ethnologue, Aurélie Melin, travaille sur site et nous pouvons compter sur une quinzaine d’intervenants professionnels en fonction des animations à proposer et le désir des clients.


Quels sont vos liens avec le Parc ?
Aÿ-Champagne étant une commune du Parc, le Parc de la Montagne de Reims a toujours fait partie de nos partenaires. Nous aimons nous recevoir les uns les autres pour faire découvrir nos actions. J’ai eu le plaisir d’accueillir l’équipe du Parc pour une initiation à la dégustation des vins de Champagne. Nous travaillons surdes thématiques communes, comme la préservation du patrimoine architectural et culturelviti/vinicole.
Je pense notamment aux travaux menés par le Parc entre 2010 et 2011 sur le recensement des loges de vignes sur le territoire, dont nous avons été partenaires. Cette collecte, réalisée par Aurélie Melin, l’ethnographe à la Villa Bissinger, a été présentée pendant l’exposition en 2012 « Cabanes de vignes, l’éloge des vignes ».


Je me souviens aussi, plus récemment, du 40ème anniversaire du Parc, à Germaine en 2016. Nous avions animéun odorama à partager avec les adultes et les enfants. Je ne rappelle également du 50ème anniversaire de la Fédération des Parcs de France sur un weekend à Bercy. A cette occasion, Olaf Holm, Directeur du Parc, nous avait proposé d’y participer. C’était une belle initiative, sur un même site, nous avions tous les PNR de France avec chacun ses produits et spécificités. Je garde à chaque fois un très bon souvenir de notre collaboration !


Quel est votre endroit préféré en Montagne de Reims ?
Il y a un endroit qui est une évidence pour moi, je m’y sens bien à chaque fois que je m’y rends : c’est la réserve naturelle des Faux de Verzy. C’est vraiment un endroit où j’ai besoin d’aller. C’est un peu mon sas de décompression. Photographe amateur, cela me fait du bien de me poser au milieu de tous ces Faux, de les prendre en photo, de suivre leur évolution au fil des saisons. J’aime en découvrir de nouveaux et un peu me perdre en dehors du parcours… Quand je suis là-bas, le temps n’existe plus !


L’autre lieu que je mettrais presque au même plan, c’est le noyer qui surplombe la commune d’Aÿ tout en haut de la Côte de Châtillon. On a un point de vue, un panorama à 360° avec la forêt derrière, le bassin d’Epernay en face et la côte des blancs, …c’est un arbre que j’ai beaucoup photographié, que je photographie encore par tous les temps et chaque cliché est différent …!